Historique

Le Donnenbach, c’est toute une histoire !

Galerie photo

Etang de pisciculture au 16ème siècle

Un document ancien de 1559 parle du Donnenbacher Weyer comme « Hauptweyer » à fonction piscicole, c’est l’époque du comte Jerry Hans de La Petite Pierre.

Scierie et maison d’habitation au début du 18ème siècle

Première habitation au Donnenbach, en relation avec l’atelier métallurgique de Tieffenbach-Frohmuhl (fonderie et forge) à partir de 1730.

Moulin à farine de 1743 à 1890

Sa capacité est modeste, le meunier cultive pommes de terre et légumes alentours, sur ce qui devient le « Muhlfeld ».

Auberge rustique de 1890 à 1918

Modeste centre d’accueil, station climatique, « Luftkurort », avec ses premières cartes postales et publicités sur le site, canotage sur l’étang. La grange est construite vers 1910 pour un nouveau projet qui n’aboutit pas.

Maison Forestière Lafosse de 1919 à 1967

Nommée en souvenir d’un ami du premier ingénieur Eaux et Forêts de La Petite Pierre. La maison abrite des réfugiés pendant la seconde guerre mondiale. Les mines de Faulquemont louent les bâtiments en 1947-49 pour les congés « au bon air » de leurs apprentis et l’hébergement des prisonniers allemands occupés à la construction des chalets voisins du Petit Kohlthal. Les forestiers font fonctionner un petit restaurant en été jusqu’en 1966, piste de danse dans l’un des bâtiments.

A l’abandon de 1967 à 1972

La maison forestière est relocalisée à La Petite Pierre.

Centre d’animation associatif de 1973 à 1986

L’Office Nationale des Forêts loue les bâtiments à l’association pour la mise en valeur du site et la préservation de la vallée du Donnenbach animée par Madame Graesbeck. Le lieu devient centre artisanal, auberge rurale, gîte d’étape, relai équestre. Parmi les activités, des stages d’artisanat, des classes vertes, une coopérative de vente, des fêtes, des marchés paysans, un élevage d’oies, …

Nouvelle période d’abandon de 1987 à 1999

De 1990 à 1993, stockage et arrosage de grumes dans l’étang à la suite des très importants chablis de 1990 et pour éviter le pourrissement du bois avant son écoulement sur le marché. Les bâtiments se dégradent surtout à partir de 1994.

Depuis 1999 : la Maison de l’Eau et de la Rivière